Librarioli №D – Appel à contribution

Date 11.02.19
AuteurLou-Maria Le Brusq
Durée 6:11
Comm.🗨1
Objet

Appel à contributions

Numéro

Dispersion

Deadline

16 avril 2019

Publication

Hiver 2019

A, B, C, Dispersion !

Nom féminin
dispergere « répandre çà et là, éparpiller »

  1. Action de (se) disperser ; état de ce qui est dispersé ; répandre, jeter çà et là synonyme : dissémination.
  2. Répartir çà et là, diviser. 
  3. Mettre en fuite, dissiper.
  4. Dispersion de la lumière : décomposition d’une lumière formée de radiations de différentes longueurs d’onde en spectre.
  5. Chimie : état d’une solution colloïdale en suspension dans un milieu où elle est insoluble.

Dispersion et concentration

Usage d’un camion à eau en avril 2016 lors d’une manifestions contre la loi travail à Lyon

Dispersion ! Plus que jamais, cette injonction s’immisce dans notre quotidien, de manière insidieuse et manifeste. D’abord, la tactique de la dispersion. Utilisée par exemple par les forces de l’ordre pour mettre fin à une manifestation et disperser la foule, dont le but, nettement affiché, est celui d’éradiquer le potentiel politique d’une concentration. Autre exemple. 

Récemment, le démantèlement de l’immense campement de migrants à Calais, appelé aussi la Jungle, a été présenté comme une évacuation mais de fait, relevait plutôt d’une dispersion. Les habitants du bidonville ont été évacués puis éparpillés sur l’ensemble du pays. L’objectif de cette mesure ? Atténuer la dimension conflictuelle de leur présence  1

Or si la dispersion est insidieuse, c’est qu’elle n’est pas uniquement applicable aux corps physiques, mais également aux corps étatiques et économiques : décentralisation, déconcentration, européanisation, ou encore mondialisation, autant de termes pour évoquer le morcellement du pouvoir d’État. Divide et impera.

Nos technologies et les nouveaux idéaux de liberté et de mobilité qu’elles ont modelé chez leurs utilisateurs ont engendré une circulation massive des informations et des hommes. Et même si les métropoles sont de plus en plus peuplées, leur urbanisme réticulaire est pensé pour que l’on ne se rencontre pas, mais pour que l’on se croise. Les lieux de concentration, les transports en commun par exemple, ne sont plus des lieux d’échange, mais des espaces de transit. Et l’avènement du virtuel en est un des vecteurs. La personne dispersée est une personne déconcentrée.

Car si la dispersion concerne les corps, elle concerne également l’esprit. Ces mêmes facteurs ont entraîné une perte de contrôle sur notre capacité d’attention. Toujours sollicité, notre cerveau ne cesse d’osciller entre une attention focalisée sur ce qu’il est en train de faire (lire, conduire, cuisiner, manger…) et une vigilance aux assauts de son environnement (mails, réseaux sociaux, breaking news…). Le mode « multitâche » du cerveau est ainsi quasiment constant, nous sommes désormais toujours dispersés, c’est-à-dire dépourvus de potentiel politique. Soit : inoffensifs. 

De nouvelles stratégies

De nouvelles stratégies sont nécessaires afin de suivre le rythme de la distribution, de la décentralisation et de la dispersion commerciale. Certaines choses doivent être combattues pour être comprises 2 .

Dans le vocabulaire militaire, la dispersion est une tactique moderne d’après laquelle les fantassins combattants, au lieu de se grouper, se disséminent en profitant plus aisément, pour se protéger, des accidents du terrain. En 2002, l’artiste Seth Price écrit un essai intitulé Dispersion, auto-publié en 2008. Digression sur l’art conceptuel, le ready-made et internet, ce texte a fini par être considéré par l’artiste comme une pièce en soi. Plus que le texte, l’objet publication est au centre du questionnement. Avec de plus en plus de média facilement disponibles à travers cette archive indisciplinée, la fonction devient celle de conditionner, produire, recadrer et distribuer ; un mode de production analogue, non pas à la production de biens matériels, mais à la production de contextes sociaux qui utilisent un matériau existant 3 .

Dispersion de la lumière blanche au passage d’un dioptre.

Affiche l’exposition de Seth Price à Reena Spaulings, 2004.

Ce que Price élabore comme théorie de la dispersion, c’est le potentiel récupérateur des artistes et leur capacité à infiltrer et à digérer les codes industrialo-capitalistes afin de proposer une forme de résistance. Initialement paru à un moment où Internet commençait à toucher presque tous les aspects de la culture, cet essais affirme que la distribution, et non la production, constituait le principal moyen de donner du sens aux œuvres et que les artistes devaient trouver le moyen d’exploiter l’énorme capacité de distribution inhérente aux réseaux de communication. 

Cette stratégie vise à réarmer les auteurs pour les rendre davantage sensibles à leur environnement : le ré-emprunt de ces codes doit agir comme révélateur des techniques ordinaires de contrôle subies au quotidien par les consommateurs de biens culturels. La résistance se situe au moment de la production puisque celle-ci envisage la consommation comme un acte de réutilisation 3 .

La distribution des réseaux selon Paul Baran, 1964

La dispersion c’est aussi occuper un territoire, se fondre dans la masse, être invisible mais être présent. Produire un multiple, être éditeur, musicien, producteur, c’est accepter de perdre contrôle sur ce multiple, le voir se disséminer, se perdre. C’est aussi toucher plus de monde, plus facilement, avec une économie propre. C’est le plaisir d’être contacté par un parfait inconnu qui aura eu votre objet entre ses mains. La dispersion, c’est comme un virus, comme un tract, une idée qui se déplace de main en main. 

Participer

Comme à notre habitude, il n’y a que peu de conditions à votre participation. Vous pouvez choisir de vous inspirer de cet édito, ou non, tant que votre proposition reste relative à la thématique. Libre à chacun de nous envoyer sa contribution, de quelque nature qu’elle soit. 

Pour les auteurs souhaitant proposer un texte, vous pourrez dans un premier temps nous envoyer un abstract expliquant vos idées, vos démarches, vos envies. N’hésitez pas à documenter vos envois par des images. S’en suivra alors une phase de dialogue et d’échange avec vous.

Pour nous faciliter la tâche, les textes achevés (y compris les notes de bas de page, crédits images, etc.) doivent être soumis numériquement au format .rtf et toutes photos, illustrations ou dessins doivent être soumis numériquement au format .jpg, .png, .tif ou .eps en haute définition (300 dpi minimum) en indiquant la source de l’illustration, le nom du photographe ou de l’artiste, le nom du détenteur du droit d’auteur, ou « sans copyright », et la légende si nécessaire.

Les propositions de contributions doivent être soumises avant le 16 avril 2019 à l’adresse librarioli@​s-​i-​l-​o.​fr avec pour objet : Librarioli D contributions + Nom + Prénom.

Nous vous tiendrons informés au plus vite des contributions qui seront publiées dans la revue. Les autres contributions pourrons être consultables sur notre site internet dans un espace dédié, tant qu’elles restent en adéquation avec la thématique et la ligne éditoriale des Librarioli.

Télécharger l’appel à contribution : librarioli_dispersion.pdf (500.99 kB)

  1. ÉVACUATION DE LA « JUNGLE » DE CALAIS : DE LA POLITIQUE DE DISPERSION, paru dans lundimatin#77, le 25 octobre 2016

  2. Dispersion, Seth Price, 2002

  3. Ibid.

Commentaires

sdafdfsa

asfsdf

Laisser un commentaire