artsakh

Date13.01.21
Auteursilo grggr
Durée1:45
Comm.🗨1
00 €





Il y avait ou il n’y avait pas


Il y avait, l’année dernière, 4 artistes qui se sont rendus dans un pays qui n’existait pas.


Artsakh


Aujourd’hui, face aux hostilités et injustices qui agitent ce territoire depuis le 27 septembre, suite à l’offensive militaire de grande ampleur lancée par l’Azerbaïdjan, l’un d’eux y retourne pour y capter le chant de la résistance.
Tandis qu’un autre, resté en France, les fait résonner avec les traces enregistrées lors de leur voyage.


Ces pièces radiophoniques sont la rencontre d’enregistrements en Arménie et en Arstakh.
Entre l’année dernière et hier
Entre le printemps et l’hiver

Chant 7 — celui de la résistance



5 Novembre 2020

20 Novembre 2020

1 Décembre 2020


On ne peut pas rester toujours sur les sommets. Il faut redescendre …
A quoi bon, alors ?
Voici :
le haut connaît le bas, le bas ne connaît pas le haut.
En montant, note bien toutes les difficultés de ton chemin ;
tant que tu montes, tu peux les voir.
A la descente, tu ne les verras plus, mais tu sauras qu’elles sont là, si tu les as bien observées.
Il y a un art de se diriger dans les basses régions, par le souvenir de ce qu’on a vu losrqu’on était plus haut.
Quand on ne peut plus voir, on peut du moins encore savoir.


René Daumal
Le mont Analogue





NAIRYAN VOCAL ENSEMBLE




Quelques sources :


Représentation permanente de la République d’Artsakh en France
Comprendre les enjeux de la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan — Acta
Conflit au Haut-Karabakh — Le Monde
L’objectif est d’éradiquer la présence armenienne en Artsakh — Acta

Commentaires

zwoppetduo

Muchas gracias. ?Como puedo iniciar sesion?

Laisser un commentaire